24 sept. 2016

Emilio D'Alessandro, Filippo Ulivieri, "Stanley Kubrick and me", 2016



"I had the chance to see how many famous people are spoiled by money and luxury, and it's not unusual for them to become arrogant and rude, too. Stanley was one of the few celebrities who were still in touch with the real world."

Emilio D'alessandro a d'abord été le chauffeur de Kubrick. Il est devenu assez rapidement bien plus que cela, son assistant personnel, son homme de confiance, son factotum.
Emilio nous permet de pénétrer dans le quotidien le plus banal et si l'on aime Kubrick c'est une chance extraordinaire.

Emilio D'Alessandro, c'est l'équivalent de Céleste Albert pour Marcel Proust. Ces petits riens qui font beaucoup pour qu'une oeuvre puisse se développer comme un torrent.

20 sept. 2016

So-won / Wish / Hope (2013) Joon-ik Lee


Le sujet est dramatique : une jeune écolière se fait violer par un marginal sur le chemin de l'école. 
Joon-ik Lee n'évite pas les scènes à violons, a recours à des ralentis assez coupables mais reconnaissons qu'à de nombreuses reprises il réussit à toucher juste, à dire quelque chose sur les liens familiaux, sur la difficulté de l'unité familiale, sur le traumatisme et la manière de le surpasser.